L'ISLAM ET LES PROPHETES ?


L’apostolat n’est pas un fait inconnu dans les religions révélées comme le judaïsme et le christianisme. Cependant, dans l’Islam, il a un sens et un statut particuliers.

Selon l’Islam, Allah a créé l’homme dans un noble but: pour Lui vouer un culte, et mener une vie vertueuse fondée sur Ses enseignements et Ses préceptes. Comment l’homme connaîtrait-il son rôle et le but de son existence s’il ne recevait pas des instructions claires et pratiques sur ce qu’Allah attend de lui ? C’est ici que se fait sentir la nécessité des apostolats. Allah a donc choisi dans chaque nation un ou plusieurs prophètes pour transmettre au peuple Son message.

On pourrait se demander comment les prophètes étaient choisis et qui parmi les hommes méritait un si grand honneur. Le don de l’apostolat est une bénédiction et une faveur d’Allah qu’Il peut accorder comme Il le veut. Cependant, en étudiant Ses divers messagers tout au long de l’histoire, on peut identifier trois caractéristiques du prophète en général:

    Sur le plan moral et intellectuel, il est le meilleur membre de la communauté à laquelle il appartient. Ce point est nécessaire car la vie du prophète sert de modèle à ses disciples. Sa personne doit exercer un attrait sur le peuple pour amener ce dernier à accepter le message, et non l’en écarter par des défauts de caractère. Sitôt qu’il a reçu le message, il est infaillible, ce qui signifie qu’il est hors d’état de pécher. Il peut lui arriver de commettre des erreurs sans gravité qui sont d’ordinaire corrigées par voie de révélation divine.
    A l’appui du prophète, des miracles viennent prouver qu’il n’est pas un imposteur. Ces miracles sont permis par Dieu, et octroyés par Sa divine puissance, Ils s’accomplissent en général dans le champ où la nation du prophète excelle, là où la supériorité de ses membres est notoire. On peut illustrer ce point en citant les plus grands miracles des trois prophètes dont les noms s’attachent aux trois plus grandes religions du monde : le judaïsme, le christianisme et l’Islam. Les contemporains de Moïse excellaient dans les pratiques magiques. Aussi le plus grand de ses miracles fut-il de triompher des meilleurs mages égyptiens de son temps. Les contemporains de Jésus passaient pour d’habiles médecins. Par conséquent ses miracles consistèrent à ressusciter les morts et à guérir les incurables. Les Arabes, contemporains du Prophète Muhammad, étaient célèbres pour leur éloquence et pour leur admirable poésie. Aussi le plus grand miracle de Muhammad fut-il le Coran, cette œuvre que les légions de poètes et d’orateurs arabes n’ont jamais pu égaler, malgré les défis répétés que le Coran leur adresse. De plus, le miracle de Muhammad est d’une nature exceptionnelle. Tous les miracles précédents étaient limités dans l’espace et dans le temps, c’est-à-dire qu’ils se produisaient devant tel peuple à tel endroit. Il n’en va pas de même du miracle de Muhammad : le Coran. Il s’agit là d’un miracle universel et éternel. Les générations passées l’ont attesté, et les générations à venir attesteront elles aussi la nature miraculeuse de son style, de son contenu et de son élévation spirituelle. En ces matières, la mise à l’épreuve peut toujours se faire, et elle apportera à nouveau la preuve de la divine origine du Coran.
    Chaque prophète affirme clairement que ce qu’il reçoit ne lui appartient pas en propre, mais vient de Dieu pour le bien de l’humanité. Il apporte la confirmation de ce qui fut révélé avant lui et de ce qui pourra l’être après. Un prophète agit ainsi de manière à montrer qu’il se contente de transmettre le message dont l’a chargé le Vrai Dieu Unique, le seul Dieu de tous les hommes en tous les temps. Aussi le message divin forme-t-il une unité dans son essence et dans son but. C’est pourquoi le prophète ne doit pas s’écarter de ce qui a été révélé avant lui ou pourrait l’être par après.
Les prophètes sont nécessaires pour transmettre à l’humanité les instructions et les préceptes de Dieu. Nous n’avons aucun moyen de savoir pourquoi nous avons été. Qu’adviendra-t-il de nous après la mort ? Existe-t-il une vie future ? Sommes-nous responsables de nos actions? En d’autres termes, y a-t-il des récompenses et des punitions pour notre conduite en cette vie? De telles questions, et bien d’autres encore concernant Dieu, les anges, le Paradis, l’Enfer etc. ne peuvent recevoir de réponses sans une révélation directe du Dieu Créateur, Lui qui connaît les choses invisibles. Ces réponses doivent être authentiques ; elles doivent être apportées par des individus qui inspirent la confiance et le respect. C’est pourquoi les messagers forment l’élite de leurs sociétés respectives du point de vue de la conduite morale et des capacités intellectuelles. De là vient que les Musulmans n’accordent aucune foi aux histoires calomnieuses que la Bible contient au sujet de quelques grands prophètes. Par exemple, la Bible rapporte que Lot, en état d'ivresse, a forniqué avec ses filles, ou que David a causé la mort d’un de ses officiers afin d’épouser la femme de celui-ci. Selon les Musulmans, les prophètes sont au-dessus de ce qu’indiquent de telles histoires. Elles ne peuvent être tenues pour vraies d’un point de vue islamique.
De plus, Dieu soutient les prophètes par des voies miraculeuses, et les instruit pour qu’ils proclament la continuité du message.
Le contenu du message que les prophètes transmettent à l’humanité peut être résumé en quatre points:
    Une claire notion de Dieu: Ses attributs, Sa création, ce qui doit Lui être imputé et ce qui ne saurait l’être.

    Une claire conception du monde invisible, des anges, des Djinns (esprits), du Paradis et de l’Enfer.

    Pourquoi Dieu nous a-t-il créés? que veut Il de nous? quelles récompenses et quelles punitions s’attirent envers Lui ?

    Comment régir nos sociétés en accord avec Sa volonté ? Ce sont des instructions simples et des lois claires qui, pourvu qu’elles soient appliquées exactement idéale et heureuse.

Il résulte clairement de l’exposé que rien ne peut se substituer aux prophètes. Même de nos jours, avec les progrès de la science, la révélation est la seule source authentique d’information sur le monde surnaturel. Ni la science, ni l’expérience mystique ne peuvent indiquer la direction divine. La première voie est trop matérialiste et trop limitée; la seconde est trop subjective, et bien souvent trompeuse.
A présent, on pourrait se poser la question suivante : combien de prophètes Dieu a-t-Il envoyé à l’humanité? Nous ne le savons pas en toute certitude. Certains érudits musulmans ont avancé le chiffre de deux cent quarante mille. La seule chose dont on soit sûr, c’est ce qui est écrit dans le Coran, à savoir que Dieu a envoyé un messager au moins à chaque nation. La raison en est qu’un des principes de Dieu est de ne jamais demander des comptes à un peuple sans l’avoir au préalable clairement averti de ce qu’il fallait faire et ne pas faire. Le Coran cite le nom de vingt-cinq prophètes et indique qu’il y en a eu d’autres dont le Prophète Muhammad n’avait pas entendu parler. Parmi ces vingt-cinq, on trouve Noé, celui de l’Arche, Abraham, Moïse, Jésus et Muhammad. Ces cinq prophètes sont les plus grands des messagers de Dieu. Ils sont appelés “Oulou-Al-azm ” ,les prophètes”doués de constance”.
Un trait marquant de la croyance islamique, sur le chapitre des prophètes, est que les Musulmans croient et respectent tous les messagers de Dieu sans aucune exception. Puisque tous les prophètes sont envoyés par le Dieu Unique, et dans le même but – conduire l’humanité à Dieu -, il est essentiel et logique de les croire tous. Le fait d’en accepter certains et d’en rejeter d’autres ne peut qu’être fondé sur une fausse idée du rôle des prophètes, ou encore sur le préjugé racial. Les Musulmans sont le seul peuple du monde à faire un article de foi de la croyance en tous les prophètes de Dieu. Ainsi les Juifs rejettent Jésus-Christ et Muhammad (que la paix et la bénédiction soient avec lui) ; les Chrétiens rejettent Muhammad (que la paix et la bénédiction soient avec lui), et, en fait, rejettent Moïse car ils ne restent pas fidèles à ses lois. Les Musulmans, eux, les reconnaissent tous comme des messagers de Dieu qui ont apporté une direction divine à l’humanité. Cependant la révélation que ces prophètes ont reçue de Dieu a été altérée d’une manière ou d’une autre. La foi en tous les messagers de Dieu est commandée aux Musulmans par le Coran:

“Dites (ô Musulmans): nous croyons en Allah, à ce qui nous est révélé, à ce qui fut révélé à Abraham, à Ismaël, à Isaac, à Jacob et à leurs enfants, à ce que Moïse, Jésus et les prophètes ont reçu de leur Seigneur. Nous ne faisons pas de différence entre eux, et nous sommes résignés aux volontés de Dieu. ” (Coran, 2, 236).

Dans les versets suivants, le Coran continue d’enseigner aux Musulmans que telle est la croyance impartiale et vraie. Si les autres nations épousent cette même croyance, elles suivent la juste voie. Dans le cas inverse, elles suivent les fantaisies et les préjugés qui sont les leurs, et Dieu s’en occupera. Ainsi lit-on dans le Coran :

“Et s’ils croient en ce que vous croyez, ils sont dans le droit chemin. S’ils s’en détournent, alors ils sont dans la désunion, mais Dieu vous suffit. Il est Celui qui entend et qui sait. Telle est la religion de Dieu, et qui mieux que Dieu, s’y entend en religion ? ” (Coran, 2, 137-138).

Il y a au moins deux points importants concernant les prophètes qui demandent à être éclaircis. Il s’agit des rôles respectifs de Jésus et de Muhammad, comme prophètes, et ces rôles sont généralement mal compris.

La position du Coran à l’égard de Jésus consiste à rejeter catégoriquement la notion de sa divinité et de sa filiation divine, et à le présenter comme l’un des grands prophètes de Dieu. Le Coran établit que la conception sans père ne fait pas de Jésus le fils de Dieu ; il cite à cet égard Adam qui fut créé par Dieu sans père ni mère :

“En vérité, Jésus est aux yeux de Dieu ce qu’est Adam. Il le forma de poussière, puis lui dit : “sois” et il fut. ” (Coran, 3, 59).

Comme d’autres prophètes, Jésus a fait des miracles. Par exemple il a ressucité un mort, guéri des aveugles et des lépreux. Mais, en accomplissant ces miracles, il a toujours signifié que tous les pouvoirs venaient de Dieu.

En fait les fausses idées sur la personne et la mission de Jésus se sont répandues parmi ses disciples parce que le message divin qu’il prêchait ne fut pas consignée pendant le temps de sa présence sur terre, mais après une centaine d’années. Selon le Coran, il fut envoyé aux enfants d’Israël; il confirma la vérité de la Torah qui avait été révélée à Moïse, et il apporta en plus la bonne nouvelle de la venue après lui d’un dernier messager :

“ET alors Jésus, fils de Marie, dit : “Enfants d’Israël, en vérité je suis le messager de Dieu, envoyé auprès de vous pour confirmer la Torah qui m’a précédé, et pour vous apporter la bonne nouvelle de la venue d’un messager qui viendra après moi, et dont le nom sera celui qui est loué. ” (Coran, 61, 6).

(La partie soulignée est une traduction du nom de Ahmad que porté le Prophète Muhammad).

Néanmoins, la majorité des Juifs rejeta le ministère de Jésus. Ils complotèrent contre sa vie, et, d’après eux, le mirent en croix. Mais le Coran réfute cette version et affirme qu’ils ne l’ont jamais tué ni crucifié, mais bien plutôt qu’il fut élevé auprès de Dieu. Un verset du Coran indique que Jésus reviendra sur terre, et qu’alors tous les Chrétiens et tous les Juifs croiront en lui avant sa mort. Cette prédiction est également appuyée par les dires authentiques du Prophète Muhammad (que la paix et la bénédiction soient avec lui).

Le dernier prophète de Dieu, Muhammad, est né en Arabie au sixième siècle de l’ère chrétienne. Jusqu’à l’âge de quarante ans, les gens de la Mecque ne virent en lui qu’un homme d’un excellent naturel, aux manières cultivées; ils l’appelaient AL-AMIN, celui qui est digne de foi. Lui-même ignorait aussi qu’il allait devenir un prophète et qu’il recevrait la révélation de Dieu. Il enjoignit aux idolâtres de la Mecque de vouer un culte au seul Dieu vrai, et de le tenir pour Son Prophète. La révélation qu’il reçut fut, de son vivant, conservée dans la mémoire de ses compagnons; elle fut également consignée sur des morceaux de palmier, sur des pièces de cuir, etc. De la sorte, le Coran dont nous disposons aujourd’hui est identique à celui qui lui fut révélé. Pas une seule syllabe n’a été altérée, car Dieu Lui-même en a garanti la conservation. Le Coran se proclame le guide de toute l’humanité pour tous les temps. Il fait état de Muhammad comme dernier prophète de Dieu.

Source: Assemblée Mondiale de la Jeunesse Musulmane (W.A.M.Y.)
Retour