LES PILIERS DE L'ISLAM


PILIER 1 : LA CHAHADA (Le témoignage)

Pilier d'une importance capitale. Il est l'essence même de la religion. Il est une attestation, un témoignage qui consiste à dire en toute connaissance de cause et non sous la contrainte :
"Ach-hadou an la ilaha illa Allah wa ach-hadou anna Mohamadane Rassouloullah"

J'atteste qu'il n'y a pas de Dieu sauf Allah et j'atteste que Mohamed est son Messager

Il faut comprendre la portée de ce témoignage qui permet à l'Homme de devenir Musulman. C'est de par cette formule que l'Homme atteste qu'Allah est Unique, sans associés et que tout ce qui est vient de la volonté d'Allah. Il faut comprendre également à travers cette formule L'UNICITE d'Allah qui fait que nous portons une adoration exclusive vers Allah, c'est le culte pur (Ikhlas) et la reconnaissance du Tawhid (unicité).

L'attestation ne s'arrête pas ici, il faut que l'Homme qui prononce cette formule reconnaisse en toute connaissance et sans contrainte que Mohamed Ibn Abdallah (saw) est bien le Messager d'Allah et que Mohamed (saw) est le Sceau des Prophètes ainsi que le porteur du dernier message divin : Le Coran.

Bien saisir, ce fondement principal est une bonne compréhension de l'Islam car tous les actes qui en découlent (prière, zakat, siam, hadj...) sont liés à ce pilier.

Aussi, il est impératif qu'en tant que Musulman de chercher à connaître la profondeur de cette attestation et de ne point la prononcer par habitude, car faire abstraction de cette formule revient à faire abstraction de sa croyance, délaisser le sens de cette formule revient à délaisser sa croyance, ignorer le sens propre de la Chahada revient à ignorer le sens même de notre croyance…

Aussi, mes frères et soeurs en Islam, étudier d'abord la Chahada avant de vous lancer dans des débats de jurisprudence concernant la prière, étudiez ce pilier fondamental car c'est de lui que découle toutes choses. "Ne mettez pas la charrue avant les boeufs", lorsque vous vous rendez dans un endroit dont vous ne connaissez pas le trajet, est-ce que vous y allez sans au préalable avoir consulté une carte routière ?

Il en est de même pour la Chahada, c'est votre destination, et si vous ne voulez pas vous perdre dans les méandres de la Science, commencez à prendre des livres traitant du sujet.

L'unicité ou Tawhid est l'essence même de la religion, il est indispensable d'en connaître son sens pour une approche réelle de l'Islam, le tawhid se décompose en trois branches importantes et indissociables :
- le tawhid de la confirmation : qui nous apprend que seul Allah est le Créateur de toutes choses et que nul ne peut être associé dans sa Création. Allah le Très haut dit dans le Coran au sujet des polythéistes "Et si tu leur demandes qui a crée les Cieux et la Terre, ils diront : "Allah".

- Le tawhid du culte et de l'adoration exclusive : cette branche du tawhid est propre à l'Islam car elle exclue toute adoration dans la pratique ou autres, pour un autre que Allah. En revenant à la branche précédente, les polythéistes étaient convaincus que Allah était le Créateur, mais cela ne les empêchaient pas de vouer leur culte à des divinités telles que Lat, Ozza, Houbal...Or le tawhid du culte, nous apprend qu'il est indispensable de vouer son adoration à Allah seul.

- Le tawhid lié aux Beaux Noms d'Allah et à Ses Attributs, ce tawhid nous informe que seul Allah possède les attributs exclusifs et que c'est vers Lui que reviennent les plus beaux Noms. La tradition nous rapporte qu'Allah possède 99 noms mais d'autres noms viennent s'ajouter à la liste. Le Prophète (saw) disait "O Seigneur !, je t'invoque par les noms que tu nous as transmis et par ceux qui sont inconnus". Ce hadith nous montre qu'Allah possède bien plus de 99 noms.

Ces trois branches du Tawhid sont indissociables et forment à elles trois, le Tawhid. Mais, pour bien comprendre ce tout, il faut savoir que l'attestation de l'Unicité d'Allah impose sept conditions elles aussi indissociables :
- Le savoir ou la science qui exclue l'ignorance
- La certitude qui dissipe le doute
- L'acceptation contradictoire au reniement
- La soumission qui éloigne l'abandon
- La fidélité qui chasse le polythéisme
- La sincérité qui ne laisse aucune place au mensonge
- L'amour qui exclue la haine
La science nous apporte les connaissances que nous recherchons et cette science nous apporte la certitude c'est à dire la conviction qu'Allah est notre maître, le Créateur qui mérite d'être adoré seul sans associé. Une fois que l'on atteint ce stade, nos doutes sont dissipés et nous acceptons les règles et les lois de notre Seigneur pour que nous soyons soumis, la soumission n'est effective qu'à cet instant, mais la constance est d'y être fidèle afin de ne pas retomber dans l'ignorance et seul la sincérité de nos actes d'adorations (actes ou paroles) nous maintiennent sur le droit chemin.

A partir de ces différents stades, on devient donc modeste, humble, obéissant aux ordres d'Allah ; cette sagesse de comportement nous amène l'amour dans notre coeur de notre religion et tout ce que l'on fait, se fait par amour et non par contrainte ou souci ou autres.

Aussi mes frères et soeurs en Islam, il ne suffit pas de prononcer la Chahada (témoignage) mais encore faut il savoir la portée de ce que l'on prononce. Allah a dit dans le Coran que l'association est une injustice énorme. Ayez peur du Chirk (association), car son jugement est sans appel et son châtiment est l'enfer éternel pour celui qui ne s'est point repenti. Que Allah nous préserve de l'associer.

- Craignez le polythéisme car c'est le seul péché qui non pardonné jette son auteur dans l'enfer et pour l'éternité

- L'hypocrisie est une forme de polythéisme et de petit polythéisme. Le Prophète (saw) a mis en garde sa communauté contre ce genre de chirk.

- Le petit polythéisme est commis lorsqu'un homme dit par exemple "ce qu'Allah et toi désirent" ou "s'il n'y avait pas eu Allah et toi..."

- Il est d'obligation à tout musulman de s'écarter du taghout. Par définition, le taghout est tout ce qui est adoré en dehors d'Allah (passions, idoles de cinéma, de musique...)

- L'éloignement du musulman des polythéistes ne le rend pas clairvoyant même s'il ne commet pas de polythéisme.

- Prononcer la chahada sans connaissance n'est pas suffisant pour prouver la sincérité de l'Unicité. Les biens et l'argent de ces gens n'est pas préservé et ils peuvent être combattus. Pour exemple, nous citerons Abou Bakr As Siddiq (qu'Allah l'agrée) lorsqu'il combattit un clan qui avait donné témoignage mais qui cependant refusait de verser Zakat.

- L'ignorance ne constitue pas une excuse.

- Il est interdit de porter le fil, l'amulette et choses similaires si l'on croit tirer bénédiction ou protection de ces derniers (oeil, main de fatima...). Certains savants déconseillent même de porter les amulettes contenant des versets coraniques et cela pour deux raisons : la première est que cela peut donner une mode et la seconde est le risque de se trouver dans des endroits malsains (WC, autres...). Je ne serais pas là pour vous dire qui a raison ou qui a tort, mais ces savants ont déconseillé et non interdits.

- Il faut glorifier le Seigneur lorsque l'on entend une parole qui fait du tort à l'essence même de la religion. Le Prophète (saw) agissait ainsi et disait "Gloire à Allah".

- Il faut se méfier de son état avant sa conversion à l'Islam, car celui qui vient d'abandonner une erreur risque de garder dans son coeur les restes de cette erreur qui peut l'amener à commettre des péchés.

- Prendre garde lorsque l'on parle de ne pas commettre d'erreur grave, car cela peut amener à de mauvaises paroles telles que les insultes si bien que votre religion peut être insultée et cela par votre faute.

- Il faut se méfier d'imiter les fêtes ou jours de fêtes (noël, carnaval..), car Allah a donné aux Musulmans les lieux et les dates de fêtes donc il ne faut pas dévier des enseignements divins.

- Quiconque associe dans une parole ou autre doit tout de suite faire suivre son action par la Chahada.

PILIER 2 : LA SALAT OU PRIERE EN ISLAM

Comme vous le savez, le musulman se doit de faire la prière. Salat veut dire lien. La prière est un lien avec Allah le Très Haut et elle se fait 5 fois, réparties dans le jour et la nuit. Les bienfaits spirituels de la prière sont importants.

Il ne faut pas oublier que la prière est le seul pilier qui ne fut point révélé ici-bas car c'est lors du voyage et de l'ascension du Prophète (saw) qu'elle fut prescrite à la communauté. Allah Taâla prescrivit 5 prières qui en valent 50. N'oublions pas non plus que la première chose sur laquelle le Musulman sera interrogé est la prière.

La prière est un ensemble de gestes et de paroles. Par ailleurs, elle est composée d'étapes (rakaâtes), chaque prière ne possédant pas le même nombre d'étapes.

Les prières sont les suivantes :

- Fajr (2 étapes) Prière du matin qui se fait avant le lever du soleil
- Dohor (4 étapes) dite aussi prière de Midi
- Asr (4 étapes) prière de l'après midi
- Maghreb (3 étapes) prière de la tombée du jour
- Icha (4 étapes) prière de la nuit (environ 1 h30 après le Maghreb).
Ces prières sont obligatoires et doivent être faites. A cela peuvent s'ajouter d'autres prières appelées prières surérogatoires (prières sunna) donc non obligatoires, quiconque les accomplit en tirent un très grand profit spirituel ainsi qu'une récompense supplémentaire par Allah Taâla. Certaines de ces prières sont "fortement" recommandés (2 étapes avant le fajr, 2 étapes après le Icha (appelée Chafaî) plus Une étape (appelé Witr)...).

La prière est composée d'actes obligatoires, recommandés et méritoires

Les actes obligatoires sont les éléments mêmes de la prière, il y a le fait de se tenir debout, de s'incliner, du relèvèment de l'inclinaison et les deux prosternations. Mais ce n'est pas tout à cela s'ajoute les actes suivants :

- L'intention de prier (Niya)
- Le premier Allahou Akbar (tekbiroul Ihram)
- La récitation de la sourate Fatiha (n° 1 du coran)
- Le salam de clôture de la prière
- Le respect de l'ordre des gestes

Il faut noter cependant que certains savants n'ont pas rendu la Fatiha obligatoire, cependant, toute personne qui connait la Fatiha doit la réciter. Elle devient dans un premier temps non obligatoire pour quiconque entre dans l'Islam et commence la prière, mais il apparaîtra indispensable que cette personne apprenne en priorité celle qui est appelée "La mère du Coran" (Oumoul Qor'an).

Ils sont les suivants :

- Lever les bras à hauteur des épaules à chaque fois que l'on dit Allahou Akbar
- Réciter une sourate après la Fatiha
- Dire Samî Allahou Limène Hamida
- Dire Sobhana Rabbil âzim lors de l'inclinaison
- Dire Sobhana Rabbil aâla lors des prosternations
- Dire Allahou Akbar à chaque changement de position
- Dire les deux Tachahouds (certains savants les classent en obligatoire)
- Réciter à haute voix dans les prières dites de nuits
- Réciter à voix basse dans les prières dites de jour

Attention : ce n'est pas parce qu'ils ne sont pas obligatoires qu'il faut les négliger, les oublier revient à faire une réparation de sa prière voire si l'oubli est conséquent cela peut rendre sa prière nulle.

Il s'agit en fait des éléments restants de la prière restants tels que :

- Les invocations de début ou de fin de prière
- Le fait de poser la main droite sur la main gauche
- La façon de s'asseoir
- Les différentes invocations au cours de la prière
- Le fait de dire Rabbana wa lakal Hamd.

Clique ici pour apprendre comment faire la Prière





PILIER 3 : LA ZAKAT OU AUMONE LEGALE

"Soyez assidus à la prière, faites l'aumone, vous retrouverez auprès d'Allah le bien que vous aurez acquis à l'avance, pour vous même"(verset 110/2).

"Prélève une aumône sur leurs biens pour les purifier et les rendre sans taches" (verset103/9).

Le Coran contient plus de 80 versets qui renferment l'ordre de s'acquitter de la Zakat.

Le but de la Zakat sont les suivants :

- Purifier l'âme humaine de l'avarice, de l'avidité et de la convoitise
- Subvenir aux besoins des pauvres et nécessiteux
- Rallier le coeur des fidèles
- Instaurer les oeuvres d'utilité publique (écoles, hopitaux).
- Limiter l'accumulation des richesses chez les personnes aisées et autres
Pour être acquittable de la Zakat, la personne doit posséder effectivement des biens et les avoir possédé pendant un an. C'est à dire avoir préservé le minimum acquittable pendant un an.
- la monnaie (2,5% d'acquittement),
- les bestiaux
- Les marchandises
- Les métaux extraits du sol
- Les fruits et les céréales
- Le pauvre et le nécessiteux : qui n'arrivent pas à assurer leur subsistance même si elle possède un bien pouvant être soumis à la Zakat.
- Les collecteurs de la Zakat qui se déplacent et font de grands effort dans ce travail de collecte
- Les nouveaux convertis dont la foi n'est pas encore ferme mais qui ont une certaine influence sur leur entourage.
- Pour l'affranchissement d'hommes ou de femmes de maisons (domestiques) et le rachat de captif.
- Les endettés qui sont incapables de s'acquitter de leurs provenant des transactions qui ne comportent pas d'offense à Allah et à son Prophète (saw).
- Pour les buts d'utilité publique : Le voyageur qui se trouve loin de son pays et qui n'arrive pas à subvenir à ses besoins et pour y retourner
On ne donne pas la Zakat à la famille du Prophète (saw), à l'homme capable de travailler, au non musulman.
(Ce texte est entièrement tiré du Livre
" L'Islam, ma religion"
de Fawzi Chaaban)

PILIER 4 : LE JEUNE (OU SIAM)

Le jeûne du mois de Ramadan constitue le quatrième des cinq piliers de l'Islam. L'obligation de jeûner a été instaurée pour les Musulmans dans la seconde année de l'Hégire par la révélation du verset 183 de la sourate Baqara (La vache n° 2).

Dans sa sagesse infinie, Allah a prescrit à Ses créatures les règles inaltérables leur assurant une vie digne dans ce monde et la félicité dans l'au-delà. Parmi ces règles, figure le Jeûne (siam) qu'Il a ordonné aux communautés successives de croyants. Loin de se réduire à l'abstinence alimentaire, le jeûne exige de l'homme la mobilisation de tout son être. L'observation extérieure des règles du jeûne doit s'accompagner d'une maîtrise des sens et plus particulièrement de la langue.

L'exercice spirituel que représente le jeûne doit démontrer à l'homme sa capacité de se priver pour un temps de ce qui lui semblait indispensable. Il doit lui révéler que, dans ce domaine comme dans bien d'autres, vouloir c'est pouvoir, à condition que l'intention soit ferme et que le but recherché soit l'agrément d'Allah. Les bienfaits apparents et cachés octroyés par le Seigneur à l'homme sont mieux appréciés par ce dernier, donc sa ferveur dans la dévotion plus intense et sa réceptivité plus grande.

Le but d'un tel acte d'adoration a été clairement défini comme la recherche de l'état de crainte révérentielle d'Allah (la piété) critère de supériorité d'un individu sur un autre. Cette qualité ne se mesure que par celle des oeuvres qui en sont les témoins. L'école du jeûne est sans équivalent et doit amener à faire taire en chacun la tendance à la domination des autres, l'ostentation, la crainte d'autre qu'Allah et toutes les formes insidieuses de l'appel du diable, seul véritable ennemi du genre humain.

Le diplôme sanctionnant le mois du jeûne est une somme de vertus nourrissant le croyant durant le court séjour terrestre qui, rappelons le, est une somme d'épreuves que seul le retour à Allah mettra fin.

Dans un monde où la matière devient l'unité de mesure sacralisée, le jeûne du mois de Ramadan est là pour relativiser la conception dominante et pour fournir à ceux qui le désirent une arme à toute épreuve.

Ce texte est tiré de la de la revue
"Le Musulman" n°25, éditée par
l'Association des Etudiants Islamiques en France
"Oh vous qui croyez, le Jeûne vous est prescrit comme il a été prescrit à ceux qui vous ont précédés, peut-être craindrez vous Allah" (verset 183/2). Le jeûne de ramadan est l'un des cinq piliers de l'Islam. C'est une obligation pour tout musulman et toute musulmane qui remplit les conditions. Il est accompli durant le 9ème mois lunaire hégirien.
Les conditions requises pour la validité du Siam sont les suivantes : à savoir, avoir atteint l'âge de la puberté (12/14 ans), être doté de ses facultés mentales, de sa raison, avoir l'intention intime de l'accomplir, ne pas être atteint d'une maladie nécessitant des soins périodiques et ne pas être pour la femme en période de menstruation (Allah étant le plus Savant).

Les choses ou actes susceptibles d'invalider le Siam sont le fait de manger, boire, commettre l'acte sexuel ou tout ce qui provoque la sortie de sperme, mentir, avoir un mauvais caractère (colère), couper son siam en pensant que le moment de rupture était arrivé alors que ce n'était pas le cas, avaler quoique ce soit. Sont tolérés les actes suivants : le fait d'avaler sa salive, de se parfumer, de subir les fumées (pollutions...), de se rafraichir (à condition de ne rien avaler et de ne pas exagérer)...

Pour tout jour non jeûné pour une raison non valable, le Prophète (saw) nous a appris par un hadith que ce manquement demande expiation à savoir que pour chaque jour non jeûné, la personne devra faire un jeûne de 60 jours consécutifs ou nourrir 60 pauvres ou affranchir un homme de maison (domestique).

Enfin n'oublions pas que le Jeune de Ramadan vit la révélation des premiers versets du Qor'an durant la nuit de la valeur qui se situe dans les 10 dernières nuits impaires de Ramadan.

En effet, c'est cette atmosphère de paix, de piété et de pureté qui amène le fidèle à améliorer ses qualités morales et à rectifier ses erreurs. Le Jeûne n'est nullement une nouveauté pour l'Islam car il existait dans les religions d'antan.

Le Prophète (saw) a dit "l'aumône purificatrice du corps est le siam", dans un autre hadith "Jeûnez et vous acquerrez la santé". Il est un repos qu'on assigne à l'appareil digestif, il débarasse le corps de parasites, assainit les intestins. Allah a dit "Toute bonne action est pour le Fils d'Adam (l'homme) excepté le Jeûne qui est pour Moi, et c'est Moi qui le récompense". Le Prophète (saw) a dit "C'est un mois où vous êtes les Invités d'Allah et Ses honorés". Alors dites moi : Comment refuser une telle invitation ?

Le Jeune du corps en s'abstenant de manger, de boire et d'avoir des rapports sexuels de l'aube au coucher du soleil. Le Jeûne de l'esprit par l'abstention des péchés de l'ouïe, de la vue et de la parole afin de se rapprocher d'Allah et d'avoir une conscience plus aigüe du mal pour l'éviter.

Le Jeûne du coeur en s'écartant de toute préoccupation de la vie terrestre pur que chaque pensée aille vers Allah. C'est le Jeûne des Prophètes, des Justes et des alliés d'Allah.

Al Ghazali enseigne aussi dans son livre "Al Ihya" (le renouveau) qu'il ne faut pas dormir pendant le jour, qu'il faut rester sobre la nuit, et ne pas manger et boire avec avidité dès le coucher du soleil , si l'on veut que le Jeûne garde son vrai sens qui est de combattre les passions et de se rapprocher d'Allah.

PILIER 5 : LE HADJ OU PELERINAGE

Allah Taâla a dit :
"Accomplissez pour Allah le grand et le petit pélerinage" (verset 196/2)

"Il incombe aux hommes, à celui qui en possède les moyens, d'aller, pour Allah, en pélerinage à la Maison"(verset 97 sourate 3)

Le pélerinage ou le "Hadj" (qui signifie en arabe but)) est une obligation instituée par Allah qui incombe à tout Musulman possédant les moyens qui sont la monture et le viatique. On doit l'accomplir au moins une fois dans la vie.
- Etre Musulman
- Etre Majeur
- Jouir des capacités physiques
- Posséder la monture et le viatique. On entend par cela la possession matérielle des frais de transport, des dépenses en période du pélerinage pour soi-même et pour sa famille durant son absence. Certains savants ont rajouté comme condition, la sécurité du chemin emprunté pour se rendre aux lieux saints.
Quant à la femme, elle doit remplir une autre condition qui consiste à être accompagné de son mari ou un homme dont son mariage avec elle est illicite, pour veiller sur elle. Sinon, elle doit être en compagnie de deux autres femmes vertueuses.

Ajoutons à cela une condition de principe pour que le pélerinage soit pieusement accompli et agrée d'Allah, qui consiste à acquérir licitement les frais de ce voyage.

Les rites du pélerinage se divisent en trois parties (les actes obligatoires, les devoirs, les sunnas). La différence entre les actes obligatoires et les devoirs est la suivante : Oublier un acte obligatoire rend nul le pélerinage tandis qu'oublier un acte dit de devoir nécessite une réparation (offrande, aumône) pour que le pélerinage reste valable.

- L'intention de l'Ihram (être en état de sacralisation), savoir quel type de pélerinage, le musulman compte t-il accomplir.
- La circumambulation (7 tours) autour de la Kaaba (Tawafs)
- Le parcours en Safa et Marwa
- La station de Arafat
- L'intention de sacralisation
- Passer la nuit à Mouzdalifa
- Le jet des cailloux sur le Satan
- Passer trois jours à Mina
- S'interdire de tout ce qui annule le pélerinage
Parmi les pratiques traditionnelles, on cite :

- La lotion avant de se mettre en état de sacralisation et porter les habits de l'Ihram et avant de se rendre à Arafat
- Toucher ou embrasser la pierre noire, mais à cause de la foule des pélerins, cela pourra être difficile à le faire, dans ce cas il se contente de lever la main vers elle.
- Le tawaf du déferlement qui est recommandé

(Source: Livre " L'Islam, ma religion"de Fawzi Chaaban)

Retour